Film d’horreur (sans film)


ça commence comme un film d’horreur : dans une nuit sombre, très sombre, se retrouver laissée par un taxi devant la grille d’un jardin, munie d’un trousseau d’ une dizaine de clefs et d’un portable.
Une des clefs ouvre, et vous vous êtes chargée dans les 24 heures qui ont suivi l’acquisition de votre smartphone d’y installer une appli lampe de poche, que ça a très bien marché sur votre palier parisien le jour où la lampe avait claqué, il faut dire que vous n’avez qu’une clef de porte au trousseau, que votre appli a effectivement marché chez cette copine dont l’éclairage d’escalier était à une époque inexistant mais sue connaissez la clef et que là c’est beaucoup moins évident. Donc si le facteur donne deux fois -mais que viendrait-il faire là à 22h30… le téléphone s’éteint toujours 3 fois.
Deuxième acte, après avoir franchi cette fichue grille : les ronces, enfin surtout celle qui vient de vous labourer le pied droit juste dans l’échancrure de votre ballerine, celle qui s’accroche au bas de votre jupe aussi. Qui a demandé si le jardin était en pleine ville ? Bien sur que non . Z’avez déjà vu une nuit noire en pleine ville, vous ? Non non jardin campagne, Lenny jupe mi-longue-ballerines. Et alors ???? Évidemment il n’y a pas que des ronces, leurs copines les orties vous attaquent l’autre pied. Et méfiez-vous des pois de senteur, à haute dose ils forment des lianes qui empêchent votre valise à roulettes d’avancer. Et pourtant elle est costaud, vous l’avez même fait rouler dans un désert. Enfin vous parvenez à une maison et à sa porte :au jeu des probabilités, une chance de moins que la clef ne soit pas la bonne (sur 10 clefs, 1chance/10 de trouver la 1ere, 1/9de trouver la seconde, 1/8 la 3e,… Tout ça ne fonctionnant que si vous avez un moyen de différencier les clefs, que quand elles sont toutes sur 1 anneau et qu’il y en a au moins 2 qui se ressemblent, c’est fichu. Et rebelote le téléphone s éteint, vous trouvez la clef, tournez, et….. La porte ne veut pas s’ouvrir. parce qu’il y a une deuxième serrure. Ou un verrou, comme vous préférez. Mais que personne ne vous l’avait dit bien sur.
Alors là quand vous arrivez enfin à comprendre quelle clef fonctionne, dans quel sens il faut tourner -ne rigolez pas, pour tromper l’ennemi, certaines serrures s’ouvrent dans le sens des aiguilles d’une montre, ou dans le sens contraire, enfin pas comme d’habitude vous croyez que le plus dur est fait. Que nenni !
La porte franchie vous vous rendez compte que vous arrivez dans une maison dont l’électricité est éteinte et qu’il fait toujours nuit noire dehors. Vous laissez votre valise à la porte, plus prudent, vous vous dirigez vers le compteur -et vous butez sur la porte du frigo ouverte. et maintenue ouverte par un tabouret. Evidemment, le compteur est au-dessus du congèl. Le tabouret sert aussi à grimper pour atteindre le compteur. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué… L’appli du téléphone, ben euh toujours pareil, surtout que vous faites abaisser 10 coupe-circuits, que vous redescendez de votre tabouret et… que rien ne s’allume, parce qu’en fait c’est un petit bouton rond qu’on tourne. Dis Mr EDF pourquoi c’est pas le même compteur que chez moi ??? Hein ? Pourquoi ???
A la fin fiat lux, vous allez rechercher votre valise vous comptez les toiles d’araignée et vous vous attaquez à l’ouverture de l’eau, un robinet normal sous l’évier. Rouge ? oui ! Eh ben non, pas normal, eh ben non, pas rouge, un robinet bleu d’abord, et qui ne tourne pas. Et qu’à cette heure là à part les pompiers personne ne se dérangera. Et que d’ailleurs les pompiers, si vous leur dites que vous n’arrivez pas à ouvrir un robinet d’eau ils vont pas venir.
En fait vous avez 1/4 de bouteille de Volvic. Faudra que ça serve à vous laver les dents -ne pas compter sur une douche chaude- préparer le café demain matin, éventuellement vous désaltérer, donc option lavage de dents sans dentifrice pour user nettement moins d’eau et à la recherche d’une paire de draps, d’une couverture, et d’une taie d’oreiller. Le bon truc de Lenny ? Quand on n’a pas de taie d’oreiller, prendre un troisième drap dont on entortille un oreiller. Option plus futée, persévérer dans toutes les armoires, on finit toujours par dégoter une taie. Mais quand on est fatiguée ma bonne dame, on choisit la première option?
Quand vous rouvrez les yeux, vers 9h00, votre première pensée va aux toilettes qui sont au rez-de-chaussée, la deuxième à l’eau qu’il serait bien sympa d’arriver à ouvrir.
Vous vous apprêtez à appeler le plombier, quitte à ce qu’il se fiche de vous, et vous pensez au dernier occupant, qui vous a déjà dit que c’était simple d’ouvrir l’eau. Avec un regard à ce qui reste de votre bouteille d’eau vous attrapez votre téléphone… qui ne capte pas non plus Ouf, il y a un fixe, vous réveillez votre père, qui avoue alors qu’il faut « un outil pour faire levier » et qui commence à vous expliquez où trouver la clef de l’appentis. Là vous avez une pensée émue pour votre cheville déchirée par les ronces, et vous vous imaginez en pyjama au milieu des herbes agressives. Donc vous cherchez, parce que vous allez bien trouver un truc. Une clef universelle fera l’affaire.
Après fiat lux, fiat aqua, allumage de chauffe-eau, plein de trucs sympas.
Vous croyez être au bout de vos soucis ? Alors que vous avez enfin réussi à prendre votre douche, vous habiller, vous apprenez que : vous êtes en zone blanche pour votre opérateur et que donc vous êtes condamnée à vivre sans mails, sans internet, sans téléphone, sans transfert de photos, sans télévision pendant encore près de 36 heures. Comme avec le soleil vous avez aussi découvert que vous êtes au milieu d’un jardin de ronces, et d’autres choses Jardin abandonné d’une maison avec des araignées -enfin surtout des toiles d’araignées, que la maison est au bord d’une rivière qui sent la vase, vous appelez ça comment vous ? Un week-end ? Nan c’était en milieu de semaine ! Et si j’avais pas eu à faire dans le coin j’y serais pas allée, d’abord. Pasqu’en plus aplli coaching du portable en gps-, ça n’a rien enregistré. Et mes calories ont été brûlées pour rien.

Une Réponse to “Film d’horreur (sans film)”

  1. Dicky le Canard Says:

    En fait les maisons de campagne sont contre les parisiens je pense… quand je reviens dans le sud, je me rend compte à quel point on est smartphone dépendant, wifi dépendant, pas hyper débrouillard avec la nature tout ça et parfois à coté de la plaque tout simplement ! Quand je vais dans la maison de campagne de pote, c’est pareil ca me parait dingue de faire certains trucs.
    La prochaine fois c’est jean, bottes et caisse à outils et là tu seras op’ !
    Cordialement

    J'aime


C'est à vous !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :