Chandeleur aux chandelles-2


Pas d’électricité, chez moi comme chez vous, cela veut dire plus de frigo, et le congélateur qui ne tient pas très longtemps -enfin chez moi, parce qu’en l’achetant je ne me suis pas préoccupée de ça.

Pas d’électricité ça veut dire pas de soupe chaude, de thé, de bouillon, de tisane, de chocolat, de n’importe quoi qui réchauffe.

Pas d’électricité à 22h45 cela veut dire qu’il commence à faire sacrément froid, alors que deux bougies chauffe-plat et un bougeoir tentent piteusement de donner une lueur de … lueur à mon salon.

A 22h45, un soir sans lune, prête moi ton stylo, pour écrire un post, mes chandelles vacillent, je n’ai plus de chauffage et l’ouvre-porte de mon immeuble va se bloquer fermé.

Au clair de pas d’lune, il me reste une pile et une lampe de poche éclaire mon papier.

Au clair de pas d’lune, j’entends dans la rue, des conversations, qui parlent EDF, ma voisine en bas n’allume pas son briquet. Planquée dans sa doudoune c’est la présidente, du conseil syndical.

A la chandeleur, je n’ferai pas d’crêpes, parce que déjà, il faudrait qu’j’trouve un plat, ou un saladier, personne n’est parfair. Et que ça va vite, dans l’noir de casser.

A la chandeleur, je n’ferai pas d’crêpes, même dans une poêle, l’induction n’sallume pas.

Quand, aux dernières lueurs d’un photophore miteux je pense au froid, aux chandelles et à mon post de 02h20, je me dis qu’ici, va faire un froid de gueux.

Pourquoi mais pourquoi, si j’ai des bougies, ai-je rangé si haut mes rares bougeoirs ? Ils étaient mignons, chinés en brocante, dans le fond d’une boîte, les voilà enfouis. Or sur l’escabeau, au clair de pas d’lune, je n’vais pas grimper à la lampe de poche. Tout ça c’est fragile, je vais tout casser. Pas futée Lenny, on l’aura compris.
photophore

A la chandeleur, à la lueur des chandelles, je me sens revenue à une époque oubliée, où tout était prévu pour les jours de grand froid. Dans la cheminée, flambait un bon feu, qui ne devait rien à l’électricité. On portait des pelisses, des dizaines d’épaisseurs de lainages ou des peaux de bêtes, on écrivait quand il faisait jour ou à la lueur de mille bougies reflétées par le cristal taillé des lustres. La nourriture se boucanait et on commençait une bête par le bout qui s’abîmait le plus vite. Et même si les mêmes n’étaient pas forcément vêtus de peaux de bêtes sous les lustres, jamais au grand jamais une centaine de personnes au moins ne se trouvaient privées tout à la fois de feu et de chandelles.

C'est à vous !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :