Chandeleur aux chandelles-3 (et fin)


Au clair de pas d’lune, j’ai bien froid aux pieds. Et même si j’ai acheté des chaussons fourrés, il faut que je coupe l’étiquette qui les r’tient. Au clair de pas d’lune j’ai les pieds gelés.

Au clair de pas d’lune, j’ai fait du courrier. Pire que jamais, j’avais dépassé la date limite des vœux de bonne année. Au clair de pas d’lune j’en ai gribouillé. Au clair de pas d’lune je n’ferai pas d’enveloppes parce que les adresses sont à deux endroits, sur mon téléphone, que j’économise, et sur internet auquel plus n’ai accès.

Au clair de ps d’lune les ciseaux ai trouvés. Mes chausson fourrés je les ai séparés et maintenant au moins, j’ai moins froid aux pieds.

Au clair de pas d’lune, mes doigts sur le papier n’arrêtent pas de bouger et je pense alors à mon conte préférée, celui d’Andersen, où la petite fille, craque des allumettes et voit sa grand-mère. Me réveillerai-je demain matin les lèvres bleues et le sourire aux lèvres ? Ou plutôt me réveillerai-je pas le sourire au lèvres ? Me trouvera-t-on gelée à côté de ce post qui n’a toujours pas été posté ? Quelles lumières se rallumeront puisque certaines qui vacillaient se sont éteintes tout à l’heure ? Vais-je avoir le courage de ne pas grignoter la fin d’un paquets de croquants du Berry -non je ne parle pas de Jacquou mais d’une recette de tuiles que je ne peux que vous recommander. Quelqu’un dans mon immeuble mettra-t-il le feu avec ses fichues bougies ? Toutes ces questions seront bien sur résolues lorsque -ou si- vous arrive(re)z à me lire. Ou plutôt si j’arrive à partager cet écrit.

Mais le sommeil guette plus facilement celui ou celle qui dans une maison sans musique (ça aussi ! je n’ai même pas pensé à sortir flûte, tambourin ou sanza) à la lueur de mini-flammes ne peut plus qu’aligner des lettres quelle devine plus qu’elle n’écrit.

A 23h45, par un soir sans lune, j’ai craqué en croquant un croquant. J’ai continué à écrire à la lueur un peu distante des bougies. ET j’ai pensé aux SDF qui n’avaient même pas ça, ni toit, ni bougie, ni croquant, ni chaussons fourrés. Juste le froid glacial. M^me pas un froid moscovite puisqu’il paraît que le temps de ce début 2012 nous vient tout droit de Russie, que le vent souffle de l’est et que bientôt on va nous dire que la terre tourne dans l’autre sens et que la France a opté pour un climat trans-ouralien?

Au clair de trois chauffe-plats, d’une bougie blanche qui se tord, d’un photophore parfumé je me demande si je ne vais pas aller me coucher. Et quand je rallume ma lampe électrique que sans lumière j’écris plus gros, moi qui ai une écriture patte de mouche tout en hauteur, pas du tout arrondie, toute fine, j’ai arrondi alors que je ne voyais presque plus. Si un graphologue passe par là sans doute pourra-t-il dire pourquoi.

A minuit, sans plus d’espoir, je vais souffler sur mes bougeoirs, afin que cesse cette drôle de Chandeleur sans crêpes mais aux chandelles.

Baïkal

P.S Pour ceux qui s’inquiéteraient, l’électricité est bien revenue vers 4h30 et le problème s’étendait non à mon immeuble mais au quartier tout entier.

C'est à vous !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :