La mamie du Cantal existe


Même si Free a été très désobligeant avec le département du Cantal, mais il y a tellement peu de monde là-bas que ça n’en a pas vexé trop.
Donc la mamie du Cantal existe, je l’ai rencontrée, enfin au pluriel. Et elle ne vient pas du Cantal. Et ce n’est pas forcément une mamie. Mais j’ai eu deux cas autour de moi. L’un -parce que le concept de mamie du Cantal n’est pas féminin, et pas « plus de 60 ans »- hésite encore à acheter un téléphone. Parce que je lui avais envoyé un mail depuis mon smartphone, m’a demandé si on pouvait s’acheter un super smartphone qui fasse des super photos sans flash pour pas avoir l’air dans les bibliothèques où c’est interdit. Ça ne s’invente pas. Pas la moindre idée de ce qu’un flash peut abîmer le papier, celui-ci, il n’a jamais du se demander pourquoi les gravures et les textes anciens sont toujours à moitié dans l’obscurité dans les expos. Pourquoi la mamie du Cantal ? Parce qu’il voulait aller tellement peu souvent sur internet, qu’un abonnement lui semblait totalement inutile. Ben voyons, comme s’il avait oublié la glorieuse époque des modems, où on ramait pour ouvrir une page, et où tout le forfait passait en trois connexions à sa boîte mail. Pour avoir eu un abonnement d’une heure, je sais de quoi je parle.
Et l’autre, eh bien, pas plus du Cantal que l’autre, tout aussi parisienne, elle vient de s’abonner chez Free, version portable pour la mamie du Cantal, justement, seulement elle voudrait changer de téléphone pour un smartphone. Pourquoi pas, tant qu’elle rechange d’abonnement, ça doit être possible… et comment qu’elle veut utiliser son GPS ? Je vous le donne en mille, en wifi… ce qui prouve quand même que justement elle n’habite pas dans le Cantal, elle saurait bien que pour capter en wifi, il faudrait avoir un voisin. Ah je l’imagine au milieu de l’autoroute en wifi…. en plein Cantal par exemple… Ceci dit personnellement je n’ai jamais mis un orteil dans ce département, qui a le grand mérite de faire un fromage que j’adore. J’ai autrefois passé une semaine au fin fond de la Corrèze, et là il fallait monter au sommet de la colline, près d’une statue de la Vierge pour capte. Notre-Dame du Réseau… Un village tout à fait charmant, avec la poste ouverte deux heures par jour, en fin de journée. Moi qui avais arrêté de fumer deux ans plus tot je m’étais précipitée dans le seul commerce ouvert à peu près tous les jours et toute la journée, à savoir le café-tabac, et en-dehors d’avoir testé les apéros locaux, j’avais recommencé à cloper.

Sinon, sans mamie, voilà le nec plus ultra du Cantal, j’ai nommé le Salers.  Merci qui ?

Salers

C'est à vous !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :