Robert Doisneau… un gamin de Paris centenaire


Aujourd’hui, c’est encore un doodle qui m’a mis la puce à l’oreille. 14 avril 1912, naissance de Robert Doiisneau, photographe dse amoureux de l’hôtel de Ville, de la tour Eiffel,  des gamins de Paris qui marchent sur les mains, de ceux qui rêvassent dans les classes, ces gamins en culotte courte. D’ailleurs, depuis combien de temps les enfants ont-ils aussi le droit de ne pas avoir froid aux jambes ? La mode adulte varie, la moide enfantine évolue, plus lentement peut-être mais ce point-là est crucial. A l’époque de la guerre des boutons (le film, en 1962, les garçons n’avaient-ils toujours pas droit au jean ?

Enfin, j’étais venue vous parler de Robert, le portraitiste des inconnus, et non le photographe de mode, mais finalement, les photos de Doisneau ne sont-elles pas un témoignage du « street wear » de ces années-là ?

Quant à ses portraits, il est loin des studios Harcourt, il photographie ses potes, avec humour

Prévert

C'est à vous !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :