Lettre ouverte A la lectrice qui me trouvait pathétique


Ma réaction face aux œufs de pigeonvous a traumatisée. Si vous n’aviez pas mis un mail des plus farfelus (jeneveuxpasdereponse@jevoustrouveassezpathetique.comça  ou approchant) j’aurai moins fait de publicité à votre intervention

Vous semblez ne pas avoir lu le début de l’article. Non, je ne suis pas une tortionnaire d’animaux,  j’ai plutôt une solide réputation qui varie selon mes amis, qui va de « gaga devant une bébête » à « J’y crois pas, elle a sauvé l’araignée » en passant par « un jour elle va se faire mordre, griffer… ». Je ne pense pas avoir de leçon à recevoir sur ce point, sauf peut-être de jaïns, à moins que ce ne soit pour maladresse, quoique, mise à part un rinçage appliqué de tortues terrestres alors que j’étais âgée de trois ans, aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai du toujours me poser un minimum de question avant d’interagir avec un animal, et je ne compte plus trop mes sauvetages, même si elles n’ont parfois été que jusqu’à la tentative, mais à l’impossible nul n’est tenu.

J’ai juste tendance à réfléchir, et si vous pensez que trois pigeons, dont deux bébés énormes peuvent cohabiter au 2e étage dans une jardinière de moins de 30 cm de large sur 1,20 m de long, si vous pensez que non seulement j’aurai droit à la vue de ces vautours de poche, mais que j’aurai les plumes et que ma fenêtre sera condamnée, que par la même occasion mon voisin du dessous aura droit aux déjections des oiseaux, et que le petit garçon du rez-de-chaussée pourra allégrement récupérer toutes les maladies dont les pigeons peuvent être porteurs, ou développer une allergie, que le syndic ne se gênera pas pour me faire payer des frais de remise en état des murs, que… beaucoup de choses en fait, vous comprendrez que je refuse l’élevage sur mes fenêtres.

Toutes les mésanges, et les rares moineaux parisiens peuvent venir pondre chez moi. Mais si vous avez envie d’attirer les columbidés, cela ne me pose aucun problème, il n’en sera peut-être pas de même de vos voisins… sauf si vous habitez un pigeonnier…
J’ignore où est partie ma pigeonne, il m’a suffi de retirer deux fois les branchages qu’elle avait déposés sans beaucoup de conviction semble-t-il, et elle s’est lassée avant moi.Si elle a trouvé un arbre dans le quartier, grand bien lui fasse, à elle et ses futurs pigeonneaux.

Les pigeons, je le disais dans ce post,  je ne les aime pas que « aux petits pois » -d’ailleurs je n’en ai jamais mangé, si vous voulez tout savoir-. Dans la journée-même, et je le disais, j’en avais sauvé un qui s’était fourvoyé, et ce n’était pas la première fois. Si j’avais été seule en cause, je les aurais bien laissé se promener au bureau, mais, même en l’absence de mes collègues, un oiseau n’est pas fait pour vivre à l’intérieur.
Dans un premier mouvement, j’aurais d’ailleurs bien un jour adopté, au Salon de l’agriculture, un jeune veau qui avait quelques heures et des yeux… pas de biche, puisque ce n’en était pas une mais comme bordés de mascara. Mais comme je réfléchis, je n’ai pas essayé de le faire vivre dans mon deux pièces, et je n’ai pas transformé ma baignoire en litière.

Puisque vous voulez tout savoir, si j’ai déjà été confrontée à des pigeonneaux, c’est lorsqu’une de mes amies m’a appelée pour la débarrasser de deux d’entre eux, nés sous sa haie, bien à l’abri, ne gênant personne. Elle avait frappé à la mauvaise porte. Me débarrasser des œufs, pas de problème, si ce n’est le côté épique de la bataille. Comme je l’écrivais ailleurs, après tout, ne fait-on pas autant pour toutes les poules de la terre ? Trucider des oiseaux, il ne faut pas compter sur moi. Il faut dire qu’à part les mites et les moustiques, je suis assez peu sanguinaire. L’amie en question voit toujours « ses » pigeons se poser régulièrement dans son jardin. Mais si elle trouvait à nouveau des œufs, je crois que je lui conseillerais de les laisser sous sa haie, ils ne gênent personne.

Et comme je réfléchis,  je tourne 7 fois ma souris avant de poster, ou de mettre un comm désagréable, ce qui n’est apparemment pas votre cas, mais quand vous grandirez, vous comprendrez certainement.

Publié dans Uncategorized. Étiquettes : , . Leave a Comment »

C'est à vous !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :