Anniv et batterie


Une de mes copines qui habite à perpète a eu 30 ans ce week-end. Elle  a invitées quelques amies à une raclette . Rien de bien extraordinaire. Compte tenu des empêchements des unes et des autres nous nous retrouvions à quatre à partir en voiture. Sur les quatre, une seule a son permis et une voiture.

Comme nous étions deux à travailler ce samedi, rendez vous pris à 18h30. Le temps de faire un ramassage dans 3 quartiers différents et en route pour ces contrées où le RER s’arrête à 22h00.

Petit retard annoncé d’une – qui ne bossait pas mais bon – et on décolle du canapé.
La voiture garée pas loin la veille. On range bouteille , blouson et cadeaux dans le coffre et…  Clef dans le démarreur, qui fait la sourde oreille. Rien. Absolument rien. On appelle les copines pour annoncer du retard, « j’ai plus de batterie »

-plus de GPS  ?

Euh non, plus de batterie pour la voiture. elle ne démarre plus. La famille pour télé conseil, on ouvre le capot vérifie le niveau d’huile. Affichage problème d’airbag. Je farfouille dans la boîte à gants, recherche l’index des pannes. Euh… Pas clair. La voiture de Miss Paramount étant une voiture italienne occasion du félin qui vendit vélos et moulins à café acquise il y a quatre mois la garantie fonctionne encore.
Et ça, c’est une bonne nouvelle. Et l’assistance 24 h/24 même devant chez vous ça fonctionne. Et même plus vite qu’on ne pensait, c’est simple, Miss PAramount m’a laissée éteindre les lumières et fermer la porte, pendant qu’elle courait vers sa voiture.
Le dépanneur branche une batterie externe, et, merveille des merveille, alors qu’on en était sur mon téléphone à se demander si on partait en Uber ou si on remettait au lendemain, le doux bruit du moteur qui repart, c’est chouette comme tout. Laisser tourner une heure. OK. Si vous pouvez la faire rouler c’est le mieux. Pas de problème. Tout le monde est d’accord, on va faire une heure de route même si on n’en a pas besoin. Mais voilà, Miss Paramount a une voiture automatique, qui se désautomatique quand elle n’a plus assez de batterie. Et ça, elle ne le savait pas. Le créneau qui se transforme en version je tourne le volant comme une brute, quand on n’est pas prévenue, ça surprend, et… rebelote, Miss Paramount recale.LA seule personne aux alentours qui aie des cables de redémarrage, évidemment, c’est notre copine qui habite a perpète et qui a déjà proposé son aide -ou de retarder, repousser… .
Ni d’une ni de deux, elle débarque (enfin quand je dis ni d’une ni de deux, quand on est à l’extérieur d’une voiture, et qu’il vaut mieux ne pas ouvrir les portes pour ne pas utiliser les dernières poussières d’électricité (on a aussi le coffre bloqué, avec bouteilles et cadeaux) ça paraît long.
Et on ne peut pas non plus fermer la voiture. Un vrai plaisir.
Eh bien notre hôte débarque -elle est allée récupérer les autres en route, ça nous évitera une côte. Câbles moins sur plus et plus sur moins ou l’inverse. Et on démarre. Et on la suit sans la quitter des yeux. On fait même un détour histoire de faire rouler la voiture un peu plus. Donc, le départ 18h30 se transforme en arrivée 21h56.
LA raclette était une sacrée bonne idée, rien n’a cramé pendant qu’elle venait nous récupérer.
Et quand nous avons décollé, par prudence, elle nous a accompagné, ses câbles à l’épaule. Et bien lui en a pris, en quelques heures, plus de contact et rebelote. Donc le chemin a été bien stressant pour notre conductrice de choc, sur l’autoroute « pourvu qu’on ne cale pas, pourvu qu’on ne cale pas », en plus il faut jeter Chidori devant chez elle, et là, il faut déjà monter une côte, et pas question de se garer. Et puis on continue, deuxième passagère descendue, tournant, et une andouille qui manque nous griller la priorité, petite frayeur au milieu d’un carrefour, à deux doigts de caler. Heureusement, on passe, et on rentre, en se garant certes à perpète mais à un endroit plus facile d’accès pour une voiture salvatrice que la petite rue où Miss PAramount était garée. Dernier test. Moteur coupé. Tentative de remettre le contact. Eh non, la batterie ne s’est pas vidée pendant que nous dînions, elle est fichue de chez fichue.
Eh bien entendu, nous oublions l’une et l’autre qu’il faudra attendre le lundi où les places de parking sont payantes pour espérer changer la batterie. Je m’en suis souvenue le lendemain, en passant devant… à vélo. Comme j’ai la mémoire qui flanche, je ne m’en suis pas souvenue, comme j’étais à vélo, je ne pouvais pas envoyer de SMS, et puis je n’ai pas les clefs de l’engin. Ca m’en a réveillée lundi matin, il n’aurait plus manqué qu’une prune !
En tout cas, je pense que nous nous souviendrons longtemps des 30 ans de S.

C'est à vous !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :