Achab or not Achab ou le double doodle du jour


Encore un doodle aujourd’hui, et il s’agit encore de l’anniversaire d’une œuvre. Après little Nemo avant-hier, voilà Moby Dick. Mais aujourd’hui, double doodle.

Vous êtes en recherche dans google, vous apercevez une baleine rosée formée des lettres de google. (G pour la tête) Vous cliquez, la baleine est réduite au minimum (un oeil sur fond blanc, son souffle forme le « l » de la célèbre firme et Moby jette un coup d’œil vers Achab, dans sa barque.

href= »http://www.ipernity.com/doc/lecafedelenny/13646834″>moby dick12-hp

 

Little Nemo, Google, Félix Baumgartner, doodle, et moi et moi et moi


little-nemo-doodle by Lennystc2010
little-nemo-doodle, a photo by Lennystc2010 on Flickr.

Hier un être humain nettement disjoncté a décidé de dépasser le mur du son en sautant d’un ballon. Les inrocks proposaient la vidéo en direct mais il y a des moments où je n’ai pas confiance mais pas du tout confiance dans les calculs des fous du saut périlleux. Aller jusqu’à la stratosphère, oui, mais dans un vaisseau spatial, et revenir de même. Gardons les pieds sur terre, que diable ! Donc, quand hier j’ai vu cette vidéo, Lire le reste de cette entrée »

Le surprenant doodle du jour


Aujourd’hui, 6 octobre, c’est  certes l’anniversaire de la naissance de Niels Bohr, le père de la mécanique quantique. D’où le doodle du jour. Mais c’est le 127eme anniversaire de la naissance de Niels Bohr, ce qui, même en système quantique, n’est pas un compte rond. Si on regarde un peu plus près, on se rend compte que si Niels Bohr est bien né le 6 octobre (1885), il est mort en 1962, donc il y a cinquante ans tout rond, mais qu’il faudra attendre le 18 novembre pour célébrer cet anniversaire. Mais google doit préférer qu’on fasse comme s’il était encore là pour souffler ses bougies. Donc on fête l’anniversaire de la naissance l’année du compte rond de l’anniv de la mort. Fallait y penser. Et si on se penche sur les autres doodles, on retrouve ce même genre d’ineptie. Dans le grand monde bisounours de google, on ne parle pas de la mort.

 

Robert Doisneau… un gamin de Paris centenaire


Aujourd’hui, c’est encore un doodle qui m’a mis la puce à l’oreille. 14 avril 1912, naissance de Robert Doiisneau, photographe dse amoureux de l’hôtel de Ville, de la tour Eiffel,  des gamins de Paris qui marchent sur les mains, de ceux qui rêvassent dans les classes, ces gamins en culotte courte. D’ailleurs, depuis combien de temps les enfants ont-ils aussi le droit de ne pas avoir froid aux jambes ? La mode adulte varie, la moide enfantine évolue, plus lentement peut-être mais ce point-là est crucial. A l’époque de la guerre des boutons (le film, en 1962, les garçons n’avaient-ils toujours pas droit au jean ?

Enfin, j’étais venue vous parler de Robert, le portraitiste des inconnus, et non le photographe de mode, mais finalement, les photos de Doisneau ne sont-elles pas un témoignage du « street wear » de ces années-là ?

Quant à ses portraits, il est loin des studios Harcourt, il photographie ses potes, avec humour

Prévert

Etienne-Jules, Thomas, ou Eadwaerd ?


Le doodle du jour représente l’ancêtre du cinéma : le kinétoscope, et sa décomposition du pas du cheval. 182e anniversaire de la naissance de Eadwaerd Muybridge. Oui, et Etienne-Jules Marrey ? Il compte pour du beurre ? De toutes façons, Thomas Edison a pris tous les brevets j’imagine.

%d blogueurs aiment cette page :