A propos des sondages, de la ménagère de moins de 50 ans, et de la difficulté de choisir une lessive.


Un certain nombre d’instituts de sondages et de sites que je ne nommerai pas ici proposent de récompenser le courage de répondre aux sondages par des chèques cadeaux pour quelques sites marchands. Vous pouvez ainsi transformer vos sondages sur les boissons, produits de beauté… en CD, livres, chaussures de sport -étant donné le prix des chaussures de sport, vous avez intérêt à passer au moins deux heures par jour pour vous payer une paire de pompes à la fin de l’année). Cela m’a un temps amusée. Dire ce que je pensais du nom idiot d’une marque de fruits secs canadiens n’a pas servi à modifier ledit nom à sa sortie, je le sais, j’en ai dans mon frigo.

Bien sûr, le but, après vous avoir fait croire que vous avez une influence sur le packaging, le prix, le goût, la pub, c’est quand même… de faire de la pub pour nettement moins cher qu’une campagne dans le métro ou sur une chaîne télé.

Ceci mis à part, les questions qui reviennent me laissent de plus en plus songeuse. Tout d’abord, on vous demande si vous êtes une femme ou un homme -votre année et mois de naissance, votre catégorie socio-pro. Ça permet d’éliminer pratiquement tout le monde sauf le cœur de cible. Au-delà de 19 ans -je crois quand même qu’il faut être majeur pour donner son avis sur la lessive- vous n’avez plus le droit de choisir des barres chocolatées, sauf quand vous avez une tribu d’ados et pré-ados chez vous. J’imagine d’ailleurs que les hommes sont éjectés des sondages lessive, c’est bien connu, ils ne savent pas ce qu’est de la lessive. Ayez le malheur de donner une date de naissance qui vous fait entrer dans la tranche 50-60 ans et vous n’êtes plus bonne à grand chose. Je me demande d’ailleurs à partir de quel âge on commence à avoir des sondages pour les appareils auditifs, les produits pour nettoyer les dentiers et les Teena. 55 ? 60 ? 65 ?

Avant 50 en tout cas, vous faites partie de la cible chérie des publicitaires, la fameuse ménagère de moins de 50 ans. Les questions qui suivent de façon récurrente sont également amusantes : êtes-vous le chef de famille ? Là, maintenant, il y a une traduction : la personne qui gagne le plus.  Super important pour acheter la lessive ou les gâteaux secs. Suit la question (je n’ai pas de questionnaire sous les yeux, j’y vais de mémoire) : êtes vous celui ou celle qui (au choix) est décisionnaire pour l’achat de telle chose

ou qui demande d’acheter telle chose

ou qui n’a pas son mot à dire (je répète, je n’ai pas de questionnaire sous les yeux).

Et là, je me demande à tous les coups comment les instituts de sondages pensent que cela se passe dans les familles, ou comment ça se passe dans les familles de sondeurs. Organisent-ils des réunions pour savoir qui fera les courses, si on continue à acheter du Skip ou si on passe à l’Ariel, si la prochaine fois qu’il n’y aura plus de sucre dans la maison on en rachètera ou qu’on laissera tomber, ou qu’on remplacera par du Steevia ?

Je les imagine déjà leurs réunions de famille aux fabricants de sondage. La liste des courses au milieu de la table du salon. Le gamin de 12 ans qui veut des Pépito, le père qui préfère des Prince, et la mère qui gagne plus et décide que elle est le chef de famille vous aurez des barquettes 3 chatons.

Et y en a-t-il beaucoup de ces parents dont les enfants hurlent dans les supermarchés ou qui balancent en douce des chewing gums dans le caddie qui vont affirmer qu’ils sont seuls décideurs des achats dans cette famille.

Y en a-t-il beaucoup qui revérifient la feuille de paie de leur conjoint avant de cliquer sur « je suis » ou « je ne suis pas » le chef de famille.

Plus drôle, quand chaque membre de la famille doit répondre, ça doit diablement se contredire.  Peut-être même qu’il y a des découvertes. « Ah bon, tu fais de la purée marque magasins « ? « Ah bon, tu mets de la lessive dans la machine à laver ? » « Comment ça tu ne bois jamais de boissons type soda ? -Pff si peu, y a jamais rien dans cette maison et pi c’est Truc qui descend tout ».

Mieux qu’une psychothérapie de groupe, le sondage de groupe -quoique, l’un conduit peut-être à l’autre…

Et puis pour ne pas vous laisser trop déconfit, voici un petit sondage, n’hésitez pas à y répondre

Publicités

Question hautement philosophique du jour


La question philosophique du jour -enfin d’hier à l’heure où j’écris : et vous, vous préférez quoi ? le thé ou le café ? Voilà le sondage du jour d’un quotidien national, j’ai nommé le séculaire Le Figaro.
Donc, vous lecteurs, vous pouviez voter. Évidemment, le temps que j’y aille, c’était trop tard, Donc il y a eu 4836 participants et les tenants du café dans l’hexagone seraient 59,39 %. Donc ils nous pondent un portrait robot où les buveurs de café écouteraient du DJhônni en boucle. Aïe !
the_ou_cafe
Dans la même série dans le Fig : vélo ou Vélib ? glace ou sorbet ? hublot ou couloir ? Tintin ou Haddock -en lisant rapidement l’article, je suis ravie de préférer Tournesol et Astérix -comment c’est pas la même BD, et alors ?-

Bon, maintenant, question ô combien importantes et zappées par le Figaro :

1 café nature ou café sucré ?
2- café noir ou café au lait ?
3- café au lait ou café crème ?
4- café crème ou café noisette ?
5- expresso ou Nespresso ?
6- filtre ou piston ?
7- café moulu ou café à moudre ?
8- café moulu ou lyophilisé ?
9- en vrac ou dosettes ?
10- Illy ou Nespresso
11- Lavazza ou San Marco ?
12- Maison du Café ou Grand-mère ?
13- Robusta ou arabica ?
14- café ou déca ?
15- café ou Starbuck ?
Et rien qu’avec ça, à raison de 6 numéros par semaine, ils tenaient la moitié du mois d’aout au fig pas mag…

Sinon, si vous voulez répondre, comme il y a trop de réponses pour les sondages gratos , ce sera dans les comms que j’aurai le plaisir de vous lire. Enfin je l’espère, n’hésitez pas, ils sont là pour ça, et si j’ai un peu recopié mon post d’ipernity c’est justement pour vous permettre, vous qui n’y avez pas de compte, de vous exprimer.
cafetiereordi

%d blogueurs aiment cette page :