Butternut des quatre saisons


Pour l’automne  : une butternut et quelques raisins secs et un chouïa de vin blanc

Pour l’été  : une poignée des amandes effilées, de l’huile d’olive, quatre tomates de taille moyenne et deux briques de concentré de tomate.
Pour l’hiver… la dégustation de ce plat puisqu’on approche des 0 degrés.
Pour le printemps : de ma scamorza (en fait, ce fomage est je crois produit toute l’année mais j’avais annoncé quatre saisons🙂

Laver et couper la butternut en tranches d’1,5 cm d’épaisseur. Badigeonner d’huile d’olive. Saler. Poivrer. Papriker.
Faire cuire au four à 175 °C pendant 20 mn (en chaleur tournante. A mi-cuisson, retourner les tranches, poser une fine tranche de scamorza sur chaque tranche de butternut et ajouter les tomates en quartiers.
Dans une casserole, mélanger le concentré de tomate, du sel, du poivre, du paprika et des raisins secs moelleux et un peu d’huile d’olive. (Les raisins secs trop secs doivent être ramollis en amont dans un peu de vin blanc). Concasser très grossièrement les amandes.
Faire cuire à feu doux.
Napper la butternut et les tomates de sauce.

Pour la photo, il va falloir attendre ma prochaine butternut !
Bon appétit !

Publié dans Ca se mange. Étiquettes : , . Leave a Comment »

Quand les oeufs ont des noms bizarres


  • Ce matin, j’ai testé les schotch eggs. Non il be s’agit pas d’oeufs au whisky mais d’oeuf sapparenment recouverts de chapelure. Ignorant tout de ce plat typiquement écossais, j’avoue que j’espérais un oeuf à jaune moelleux, entre poché et mollet. En fait il s’agit d’un oeuf dur. 
    Quant à la couche de chapelure, je ne sais pas trop si elle recouvre une couche de chair à saucissr ou si les deux sont mélangées. La seule chose que je peux dire c’est que malgré le café noir et les deux grands verres de jus d’orange le tout m’a semblé assez gras et indigeste. Goûteux, parfumé mais gras tendance saindoux. Unne longue marche dans une lande renplie de bruyère s’imposait peut-être ensuite mais voilà je n’avais pas pris cette option ce dimanche. 
  • Tout ça m’a fait penser aux noms bizares de la cuisine à base d’oeufs. Premier plat -mauvais jeu de mot-  : les oeufs sur le plat. Ceux-là je les faits dans (et non sur) une poële (et non un plat).  
  • Les oeufs Benedicte -mais qui est cette Benedicte   (ou ce Benedict, l’orthographe me semble varier. Ceux-là il me semble qu’on ne les croise que dans les romans anglais. 
  • Quant aux oeufs de 100 ans si j’en ai vu et photographié, j’avoue que leur nom ne parle pas en leur faveur. Mais le pire c’est sans doute la recette. Elevée dans une civilisatiin de l’oeuf frais j’avoue avoir quelque difficultéà imaginer qu’on puisse manger des oeufs ayant traîné dans la cendre sans pour autant être cuits et remarquables par leur odeur. Berk berk berk. Je crois que je préférerais encore la plupart des insectes -qui sont après tout des cousins des crevettes et autres écrevisses. oeufs de 100 ansAppétissant, non  ? 

Anniv et batterie


Une de mes copines qui habite à perpète a eu 30 ans ce week-end. Elle  a invitées quelques amies à une raclette . Rien de bien extraordinaire. Compte tenu des empêchements des unes et des autres nous nous retrouvions à quatre à partir en voiture. Sur les quatre, une seule a son permis et une voiture.

Comme nous étions deux à travailler ce samedi, rendez vous pris à 18h30. Le temps de faire un ramassage dans 3 quartiers différents et en route pour ces contrées où le RER s’arrête à 22h00.

Petit retard annoncé d’une – qui ne bossait pas mais bon – et on décolle du canapé.
La voiture garée pas loin la veille. On range bouteille , blouson et cadeaux dans le coffre et…  Clef dans le démarreur, qui fait la sourde oreille. Rien. Absolument rien. On appelle les copines pour annoncer du retard, « j’ai plus de batterie »

-plus de GPS  ?

Euh non, plus de batterie pour la voiture. elle ne démarre plus. La famille pour télé conseil, on ouvre le capot vérifie le niveau d’huile. Affichage problème d’airbag. Je farfouille dans la boîte à gants, recherche l’index des pannes. Euh… Pas clair. La voiture de Miss Paramount étant une voiture italienne occasion du félin qui vendit vélos et moulins à café acquise il y a quatre mois la garantie fonctionne encore.
Et ça, c’est une bonne nouvelle. Et l’assistance 24 h/24 même devant chez vous ça fonctionne. Et même plus vite qu’on ne pensait, c’est simple, Miss PAramount m’a laissée éteindre les lumières et fermer la porte, pendant qu’elle courait vers sa voiture.
Le dépanneur branche une batterie externe, et, merveille des merveille, alors qu’on en était sur mon téléphone à se demander si on partait en Uber ou si on remettait au lendemain, le doux bruit du moteur qui repart, c’est chouette comme tout. Laisser tourner une heure. OK. Si vous pouvez la faire rouler c’est le mieux. Pas de problème. Tout le monde est d’accord, on va faire une heure de route même si on n’en a pas besoin. Mais voilà, Miss Paramount a une voiture automatique, qui se désautomatique quand elle n’a plus assez de batterie. Et ça, elle ne le savait pas. Le créneau qui se transforme en version je tourne le volant comme une brute, quand on n’est pas prévenue, ça surprend, et… rebelote, Miss Paramount recale.LA seule personne aux alentours qui aie des cables de redémarrage, évidemment, c’est notre copine qui habite a perpète et qui a déjà proposé son aide -ou de retarder, repousser… .
Ni d’une ni de deux, elle débarque (enfin quand je dis ni d’une ni de deux, quand on est à l’extérieur d’une voiture, et qu’il vaut mieux ne pas ouvrir les portes pour ne pas utiliser les dernières poussières d’électricité (on a aussi le coffre bloqué, avec bouteilles et cadeaux) ça paraît long.
Et on ne peut pas non plus fermer la voiture. Un vrai plaisir.
Eh bien notre hôte débarque -elle est allée récupérer les autres en route, ça nous évitera une côte. Câbles moins sur plus et plus sur moins ou l’inverse. Et on démarre. Et on la suit sans la quitter des yeux. On fait même un détour histoire de faire rouler la voiture un peu plus. Donc, le départ 18h30 se transforme en arrivée 21h56.
LA raclette était une sacrée bonne idée, rien n’a cramé pendant qu’elle venait nous récupérer.
Et quand nous avons décollé, par prudence, elle nous a accompagné, ses câbles à l’épaule. Et bien lui en a pris, en quelques heures, plus de contact et rebelote. Donc le chemin a été bien stressant pour notre conductrice de choc, sur l’autoroute « pourvu qu’on ne cale pas, pourvu qu’on ne cale pas », en plus il faut jeter Chidori devant chez elle, et là, il faut déjà monter une côte, et pas question de se garer. Et puis on continue, deuxième passagère descendue, tournant, et une andouille qui manque nous griller la priorité, petite frayeur au milieu d’un carrefour, à deux doigts de caler. Heureusement, on passe, et on rentre, en se garant certes à perpète mais à un endroit plus facile d’accès pour une voiture salvatrice que la petite rue où Miss PAramount était garée. Dernier test. Moteur coupé. Tentative de remettre le contact. Eh non, la batterie ne s’est pas vidée pendant que nous dînions, elle est fichue de chez fichue.
Eh bien entendu, nous oublions l’une et l’autre qu’il faudra attendre le lundi où les places de parking sont payantes pour espérer changer la batterie. Je m’en suis souvenue le lendemain, en passant devant… à vélo. Comme j’ai la mémoire qui flanche, je ne m’en suis pas souvenue, comme j’étais à vélo, je ne pouvais pas envoyer de SMS, et puis je n’ai pas les clefs de l’engin. Ca m’en a réveillée lundi matin, il n’aurait plus manqué qu’une prune !
En tout cas, je pense que nous nous souviendrons longtemps des 30 ans de S.

J’ai accompagné une dresseuse de Pokemon


Si vous ne trouvez aucun intérêt aux jeux sur console, téléphone… bienvenue au club  !  Si vous n’avez entendu parler de Pokemon que par des gamins qui échangeaient des images Panini bienvenue au club aussi  !

La semaine dernière vous n’avez pourtant comme moi pas pu louper la sortie du jeu Pokemon go  !  Cela faisait les gros titres des infos google, se glissait subrepticement dans les infos dès votre radio-réveil, bref cela semblait le seul sujet dépourvu d’agressivité du moment. Avec les études sur les produits solaires.

Et puis vous avez du croiser des ados en groupes, les yeux fixés sur leur smartphone -jusque là rien d’étonnant- mais dans des lieux inhabituels , en plein milieu d’un parc par.exemple, où ils avaient du venir à pied. Et vous les avez entendu parler de poke-trucs.
Et puis vous avez peut-être comme moi autour de vous des gamers qui s’y sont mis. Cela commence toujours par les moins de trente ans qui passent le virus aux à peine plus âgés. Ce jeu atteindra-t-il les retraités comme Candy crush ? Je vais guetter.
Personnellement je n’ai pas téléchargé ce jeu, parce que les pokemon c’est pas mon truc, et parce que… je ne joue à la limite qu’aux klondike, spider, bref, les jeux de cartes. Mais il vous arrivera peut-être, comme à moi, de vous retrouver à marcher dans les rues avec une dresseuse de pokemon. Eh bien on ne saurait trop recommander ce type de déplacement, le tout est de savoir vivre en symbiose avec le joueur. Vous ne jouez pas, vous allez jouer le rôle de cane d’aveugle en arrêtant tout déplacement dangereux, traversée de rue sans regarder, approche de poteau… Cela vaut aussi avec n’importe qui recevant un coup de téléphone. Si le joueur n’a pas peur de bouffer sa batterie, son écran est en réalité augmentée et il évite de lui-même les poteaux. Et là ça peut devenir aussi très marrant. Imaginez ma stupeur quand on m’a dit que j’avais un vampire sur l’épaule  !
Si vous regardez, vous verrez des boules rouges et blanches et des animaux plus ou moins réels aux noms rigolos. J’avoue ne pas avoir retenu les noms.
Comme je ne marche pas assez, j’ai fait une ballade dans le quartier ce soir avec une dresseuse de pokemon. Elle a du supprimer la réalité augmentée mais le premier intérêt, c’est que vous pouvez marcher avec les joueurs.
Car les joueurs marchent, il faut même qu’ils marchent sans ça ils ne passent pas les niveaux. Comme mon amie gameuse est sportive et marcheuse, cela ne change pas trop grand chose pour elle. Je suis plus flemmarde, je n’aurais pas fait la ballade que j’ai faite ce soir « pour rien »., et encore moins toute seule. Mon appât, c’est les photos.


Si vous aimez découvrir ds coins inconnus autour de chez vous ou un peu plus loin, la chasse au pokemon est assez intéressante. Apparemment, le pokemon se trouve près des endroits remarquables, en terme artistique. Personnellement je suis fan de frontons, fenêtres, et du street art, si possible non graphique, c’est un tout petit peu plus rare. Et là, pas la peine d’avoir sans arrêt le nez en l’air, il suffit que la chasseuse de pokemon ne garde pas pour elle ce que lui dit le jeu. Ce qui en général est relativement facile, le joueur de pokemon extériorise. Devant sa console sur son canapé, il borborygme certainement, dans la rue, je ne peux que vous conseiller de le faire devenir plus loquace. Parce que Pokemon truc lui annonce qu’il y a un dessus de porte intéressant, un smiley en céramique sur un mur, un arbre remarquable, bref, tout ce que vous mettez des mois, voire des années à voir, parce que quand vous rentrez chez vous, vous vous préoccupez plutôt de porter votre pack d’eau en même temps que le poids de la journée et des responsabilités.
J’ai découvert ce soir des dessus de porte entre chez moi et mon boulot, une sculpture dans un square où je n’avais mis les pieds qu’une fois en 18 ans. Et quelques collages sur les murs. J’ai malheureusement loupé certaines photos, mais comme c’est autour de chez moi, pas grave, j’y retournerai un de ces jours, peut-être avec un vrai appareil photo plutôt qu’un smartphone. Et aussi, ce qui est important, j’ai fait dans la journée 10535 pas, ce qui est plutôt pas mal.

Si vous avez autour de vous un joueur de pokemon, incitez-le à vous faire découvrir votre ville, et vous pourrez même lui faire porter un fer à souder dans son sac à dos , tant qu’il n’a pas les mains encombrées le chasseur ne devrait pas rechigner. Seul bémol, si vous avez tendance à marcher d’un bon pas, le temps d’attraper des bidules, le chasseur ralentit. Pour remplir votre quota de pas journaliers, vous pouvez donc comme moi l’abandonner pendant 5 mn et tourner autour d’une place, d’un carrousel, d’une statue pendant que votre symbiote récupère des poke-balls en s’approchant d’un leurre. Donc à tous ceux qui râlent contre Pokemon go ! (et j’en connais qui passent parfois par ici), voyez ce que vous pouvez tirer, en terme de convivialité entre les joueurs et le monde extérieur, c’est-à-dire vous, moi et le monde qui nous entoure, de ce jeu qui n’est peut-être que le premier d’une série, mais qui pssède autant d’avantages pour les joueurs que pour les non-joueurs.

Symptômes


-Docteur je viens vous voir parce que je n’ai pas pu faire la voix du loup ni celle de la grand-mère dans le Petit chaperon rouge  ! 
.-Vous avez des difficultés à manger  ?
-Oui le chorizo arrache, les bonbons à la menthe picotent, le chocolat chaud chauffe trop.
-Laryngite bien sûr

%d blogueurs aiment cette page :