Les amis c’est important, tout le monde le sait. Mon téléphone (un LG ) me met une alerte quand je n’ai pas appelé un  numéro de mes Favoris pendant 3 mois. Certes… Ou que je n’ai pas communiqué sur Google+. Enfin bref les mails, Sms, conversations sur facebook, voire le fait d’avoir passé le réveillon ensemble n’y fait rien. Bizarre mon téléphone, vous ne trouvez pas  ? Lire la suite »

Land art… et petites bêtes


C’est chouette le land art, si on fait un peu d’historique de par le monde, on commence grosso modo avec les Moaï de Pâques (l’île du PAcifique, pas la fête où on mange des oeufs en chocolat) et les géoglyphes de Nazca, au Pérou.
Aujourd’hui j’ai découvert des crop circles, pas tout à fait circulaires, et tout à fait dérangeants. Lire la suite »

Bienvenue en 2016 !


Ne parlons plus de 2015, cette année qui met tout le monde d’accord : nous sommes tous ravis de nous en éloigner à grands pas.

Bienvenue donc en 2016, avec quelques-unes de mes bonnes résolutions : passer ici plus souvent, à chaque fois au moins que je dégote une nouvelle série, que je visite une expo coup de cœur, voire que je vais écouter de la good zik.

Pour l’instant, j’attends avec impatience la sortie de quelques CD, et je promets d’en parler.

Je passerai aussi, c’est promis, dès que j’aurai un petit, ne serait-ce que tout petit truc à dire. Enfin un peu plus long que les 140 caractères de twitter, qui a l’avantage de nous rendre concis. Ou quand j’aurai besoin d’ajouter un texte à une image. Ou quand..; eh bien je ne sais pas encore, ce que je vous promets, c’est que j’arrêterai de commencer un post pour le laisser en souffrance pendant des mois. Eh oui, c’est comme ça sur mon blog, il y a des brouillons à ne plus savoir qu’en faire, parce que je n’ai pas eu le temps de finir, parce que le téléphone a sonné, qu’une alerte a bipé, pi, la plupart du temps, parce que je me suis perdue, je l’avoue, dans la webosphère en cherchant la photo qui collerait avec mon post. Et que, quand je reviens à mes moutons, ou plutôt à mes écrits, il est trop tard, je n’ai plus l’esprit assez clair pour me relire, ni pour insérer une image d’ailleurs.

Et si je commençais par deux autres bonnes résolution, dormir plus tôt, parce que
Longtemps je me suis couchée à pas d’heure…

 

Manhattan (la série)


Le titre fait bien entendu penser a Woody Allen mais aussi à tout ce qu’il y a de plus culturel et branché aux Etats-Unis. Mais là vous n’y êtes pas du tout !  Pas de Carrie Bradshaw pas debGirls pas de Friends, pas de Broadway, pas de Hyde Park Le désert  ! Los Alamos ça vous dit quelque chose ? Manhattan certes mais pas NY. Manhattan comme le projet Manhattan. Aucun rapport avec une création culturelle. On est dans la science poussée à son extrême limite. Celle de la destruction massive. Manhattan précède, Manhattan a permis Hiroshima et Nagasaki. Manhattan c’est Oppenheimer (Robert mais aussi Frank). Manhattan c’est de la bombe… nucléaire.
Les scientifiques s »enflamment, les scientifiques s’épuisent, dans un camp en plein désert de la mort, entourés de militaires. Chaque minute comme l’annonce un grand panneau à l’entrée de la ville : lebdernier mort de la guerre sera votre fils. La course contre la montre oblige ces scientifiques de Harvard ou d’Oxford à se jeter à corps perdus dans l »effort de guerre.
La bombe A et ses retombées, accidents radioactifs traités par-dessous la jambe : qu’importe quils soient irradiés pourvu qu’ils trouvent la solution avant les equipes de scientifiques allemands. L’ombre de l’espionnage court tout au long de la première saison. La seconde esr en cours (en+24 sur OCS). Trois titres d’épisodes résument à eux seuls : Les limites acceptables. Le nouveau monde. Damnatio memoriae.
Serie historique. Série scientifique. Série d’espionnage. Manhattan est tout cela à la fois. Mis à part Bob Oppenheimer, les personnages sont tous fictionnels. Tout est faux. Tout est vrai. Tout est inventé. Tout est secret.
Une passionnante plongée au coeur d’une des plus terribles utilisations de la science dans l’histoire de l’humanité. Une vraie réussite.

Publié dans Pestacle. Mots-clés : . Leave a Comment »

Bowie comme… Bowie


Visite de l’expo Bowie à la Philharmonie de Paris aujourd’hui. L’audioguide n’y est pas en option, le son est intégral. A chaque viédo, mais aussi à chaque espace correspond un son, musique, interview, mix. On est dans une exposition intégrale pour un artiste intégral. Musique, mime, comédien (mon seul regret, qu’il manque un bon extrait grand format d’un film, L’homme qui venait d’ailleurs par exemple.

Sinon, une muséographie pareille est grandiose, on baigne dans un espace Bowie, du sol au plafond, comme dans la salle où sont à la fois suspendus des costumes de scène -le kimono où est transcrit le nom de Bowie  en kanji-, accrochés des photos, posée une maquette d’un décor pour une pièce de Brecht, installés sous vitrine costumes et platform shoes. On se prend à tourner et à contourner les volumes, à s’arrêter sur une vidéo, à lire un manuscrit, et ils sont nombreux, à découvrir le logiciel surréaliste  de création de texte. Point d’orgue, un mur damier de vidéos correspondant à un damier de lieux d’écoute. On erre donc dans cette exposition détaché du monde qui nous entoure, dans un silence extérieur apparent. C’est sans doute un drôle de métier qu’être gardien de cette d’expo, où les visiteurs ne se parlent pas mais avancent dans une lenteur de monde extra-amosphérique, dans cet espace où David Bowie is.

David Bowie is all around us / David Bowie is a face in the crowd / Dvaid Bowie is floating in a most peculiar way / David Bowie is thinking to a world to come / David Bowie is using machine age knife magic / David Bowie is never at a loss for words or poses / David Bowie is taking advantage of what the moment offers / David Bowie is making himself up / David Bowie is a picture of the future / David Bowie is wearing many masks / David Bowie is where we are now/ David Bowie

Pour les derniers jours, l’exposition finit à 22h00. Ne la manquez sous aucun prétexte !
Et si jamais vous n’étiez pas convaincus
david-bowie-cinquante-ans-de-carriere-en-exposition-a-paris
http://www.euronews.com/embed/301476/

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :